bandeau__Cycle_de_Vie__1.2

La conception intégrée

La MDD a privilégié la conception intégrée afin de créer un laboratoire d’innovation en matière de construction.

La conception d’un bâtiment nécessite la contribution d’un grand nombre d’experts, tels des architectes, des designers, des ingénieurs et des entrepreneurs.

Dans la pratique habituelle, qui ressemble au travail à la chaîne, les experts sont tributaires des décisions de leurs prédécesseurs.

L’originalité d’une conception intégrée vient de ce que tous les experts collaborent en synergie, et ce, dès le début du projet. Cette façon de procéder permet de limiter les corrections majeures au concept et d’offrir un moyen d’échanges propice à l’innovation.

La conception intégrée est l’un des facteurs clés de la réussite de la Maison de développement durable.

Photo 1.2.2 (a)

 

Si une majorité de professionnels du milieu de la construction s’entend sur la nécessité de pratiquer la conception intégrée pour imaginer des bâtiments durables, aucun consensus n’existe sur la démarche à suivre.

Ainsi, comment favoriser des échanges constructifs dans un contexte aussi diversifié? Comment coordonner les apports spécifiques de chaque spécialité? Comment vaincre la sensation de perte de temps qu’éprouvent certains spécialistes?

C’est dans cet esprit que les artisans de la MDD ont développé une méthode adaptée à leurs besoins particuliers.

Les résultats de cette approche

  • Équiterre, comprenant mieux les enjeux du projet, est plus apte à prendre de bonnes décisions et d’en expliquer les détails aux parties prenantes (bailleurs de fonds, journalistes, membres);
  • Coordination, en phase préliminaire, d’un nombre de variables nettement plus élevé que dans les projets conventionnels;
  • Analyse d’un plus grand nombre d’innovations environnementales;
  • Diversité des analystes présents a diminué les risques associés au projet.

Quelques points saillants

  • Tenue de 14 réunions de conception, au lieu des 7 prévues initialement;
  • Niveau de participation des architectes et ingénieurs supérieur à 80 %;
  • Participation d’intervenants variés dont un opérateur de bâtiments, des employés d’Hydro-Québec, des chercheurs universitaires et un ergonome.

Un laboratoire innovateur

L’équipe de la MDD a été la première à utiliser un laboratoire de l’ÉTS offrant les outils collaboratifs suivants :

  • Écrans équipés du logiciel Teamspot qui optimise la projection numérique, soit en permettant à un utilisateur de se servir de plusieurs écrans simultanément, soit en permettant à de multiples utilisateurs de se servir en même temps d’un écran chacun.
  • Tables numérisantes captant les traits de crayon spéciaux et les projetant immédiatement sur la surface d’écriture. Une technologie qui permet de dessiner facilement, en surimposition, sur un fichier (dessin, photo, plan, croquis, etc.) existant et d’en sauvegarder progressivement les différentes versions.
  • Le logiciel expérimental EsQUiSE transforme en un clic de souris une esquisse effectuée sur la table numérisante en modèle 3D, auquel est associé, entre autres, une analyse écoénergétique. Ce logiciel a été présenté à l’équipe, puis testé, mais n’a pas été employé par l’équipe de la MDD.

 

Photo 1.2.2 (b)

    • Profitez de l’expertise d’Équiterre

      Expertise

      Tous les secrets de l’expérience acquise lors de la réalisation de la Maison du développement durable livrés pour vous sous la forme de conférences, visites guidées, formations ou mandat de consultation.  Pour plus de renseignements, communiquez avec Équiterre. arbre
    • Faits dans un quartier près de chez vous

      Produits locaux

      De tous les matériaux ayant servi à construire la MDD et dont la provenance est connue, 40 % ont été produits à moins de 50 km du bâtiment. arbre
    • Des robinets éco-énergétiques?

      Eau chaude

      Sur un an, la réduction de la consommation d’eau chaude due à la robinetterie performante de la MDD entraîne des économies d’au moins 200 $.   arbre
    • 58 % plus de terrain

      Superficie

      C’est la superficie occupée par les banlieusards relativement à celle des familles établies près des centres-villes. arbre
    • 100 % plus cher

      Banlieue

      C’est la différence du coût pour construire les infrastructures d'une banlieue comparativement à celles d'un quartier dense. arbre
    • 50% plus de GES

      GES

      C’est ce qu’une famille de banlieue génère de plus par rapport à celle qui habite en ville. arbre
    • En 2002, nous avions un rêve ...

      sidney-ribaux

      «

      En 2002, nous avions un rêve. Dans ce rêve, les bénévoles et employés d'Équiterre travaillaient dans un espace propre, sain et lumineux; Équiterre avait un pied à terre dans la communauté, un lieu de diffusion de ses messages, et ses partenaires étaient réunis avec lui dans l'un des bâtiment les plus écologiques au monde. Nous n’étions qu'un petit organisme à but non lucratif, sans argent ni aucune expertise en bâtiment. Plusieurs nous disaient que ce rêve (de 27 millions de dollars) ne pourrait jamais se réaliser. C'est en partie grâce à ces personnes que nous avons décidé de le faire.

      »

      Sidney Ribaux

      Président de la Maison du développement durable

    • Participer activement à la transformation du marché

      jacques-lagace

      «

      En collaborant à ce projet, nous avons pris conscience de l’impact environnemental des milliers de choix que nous faisions en cours de conception. Toutefois, beaucoup reste encore à faire pour accéder à toute l’information qui nous guiderait à faire des choix plus éclairés en matière environnementale. Le marché à cet égard est en mutation, et c’est un devoir pour nous de participer activement à sa transformation.

      »

      Jacques Lagacé

      Ingénieur, BPA

    • Chercher, découvrir, inventer une façon de concevoir

      anik-shooner

      «

      Le projet de la Maison du développement durable était porteur. Nous étions enthousiastes à l’idée d’une symbiose entre nos équipes d’architectes, d’ingénieurs et de constructeurs, et la vaste équipe d’Équiterre, de ses experts et de ses partenaires, dans le but  de chercher, découvrir, inventer une façon de concevoir et de construire selon une architecture socialement et écologiquement engagée.

      »

      Anik Shooner

      Architecte, MSDL

    • L’utopie bétonnée

      CO²

      Si on remplaçait le ciment par de la poudre de verre dans les 5 milliards de m3 de béton utilisés annuellement sur la planète, on éliminerait l’émission d’un demi-milliard de tonnes de CO².